LNC du 27/11/2017 : Albeau et Offringa champions du monde de slalom 2017

0
20

Comme en 2015, c’est le Métropolitain Antoine Albeau et l’Arubaine Sarah-Quita Offringa qui ont décroché la couronne mondiale de slalom PWA après la Airwaves Nouméa dream cup, hier à l’Anse-Vata.

De gauche à droite, l’Italien Matteo Iachino et les Métropolitains Antoine Albeau et Pierre Mortefon sont respectivement 2e, 1er et 3e de l’étape nouméenne et également de la Coupe du monde de slalom 2017. Photo Titouan Moal

■ Un double succès pour Albeau
Il est encore et toujours le meilleur et il l’a de nouveau prouvé à Nouméa cette dernière semaine, à l’occasion de la Airwaves Nouméa dream cup. Le Métropolitain de 45 ans a non seulement remporté l’étape nouméenne, mais aussi son 24e titre de champion du monde de slalom. «Quand je suis arrivé ici, j’avais seulement un petit peu d’avance sur Matteo Iachino. Je savais qu’il ne fallait pas faire d’erreur. J’ai fait mieux que ça», sourit «Alboss». Il devance donc l’Italien Matteo Iachino, qui lui avait ravi la couronne mondiale l’an passé, et le Métropolitain Pierre Mortefon au général. Sa soeur, Marion, est quant à elle arrivée 3e à Nouméa et également 3e du classement général. Une famille de champions. ■ L’or pour Cousin, le titre pour Offringa «Il semblerait que Nouméa me donne des ailes», a dit, grand sourire, Delphine Cousin lors de la remise des prix qui s’est déroulée en fin d’après-midi, hier, à l’Anse-Vata. La Métropolitaine a en effet remporté l’étape nouméenne pour la 3e fois consécutive (2014, 2015 et 2017) avec un parcours quasi sans faute (lire réactions). Une performance qui lui permet de remonter de deux places au général et d’atteindre la 2e marche du podium mondial derrière l’Arubaine Sarah- Quita Offringa, qui s’est offert sa 4e couronne mondiale en slalom. «Cette compétition était superbe, on a beaucoup navigué. On a réussi à finir 8 manches, c’est l’étape où l’on a pu en faire le plus cette année, fait remarquer celle qui possède également 10 titre de championne du monde de freestyle.

■ Les Calédoniens bien placés en foil
Si le vent fort des premiers jours a poussé l’organisation à favoriser les manches de slalom, avec les conditions plus légères, le windfoil était à l’honneur ce week-end. Samedi, les 26 compétiteurs du Aircalin foil challenge ont pu courir 2 manches, puis 3 hier. C’est le cas de le dire, l’Argentin Gonzalo Costa Hoevel a survolé la discipline avec 4 manches remportées sur les 9 et trois places de 2e. Ses plus mauvaises performances (deux places de 5e) n’ont quant à elles pas été comptabilisées. Mais les Calédoniens n’ont pas été en reste. Thomas Goyard, champion d’Europe et du monde de la discipline, s’est hissé sur la dernière marche du podium. Son frère, Nicolas Goyard, encore 2e samedi, a été l’auteur de mauvaises courses hier et termine 5e. Benjamin Tillier finit 7e.

Les réactions

La Métropolitaine Delphine Cousin, gagnante de l’épreuve nouméenne et 2e du classement général de la PWA en slalom cette année : « Pour remporter le titre, il fallait que je gagne, mais que Sarah-Quita Offringa ne finisse pas dans le top 3. En venant ici je savais que cela allait être compliqué. Je n’avais pas toutes les cartes en main puisque cela ne dépendait pas que de ma performance. Donc j’ai tout fait pour gagner l’étape. Ma plus mauvaise manche c’est 2e, on va dire que je n’ai pas grand-chose à me reprocher. Je suis contente de moi. » La Calédonienne Lilou Granier, 17 ans, 5e de la Airwaves Nouméa dream cup : «Je suis très contente de ma 5e place, même si à un moment j’avais atteint la 3e place. Mais bon, je visais un top 5 et j’ai atteint mon objectif. Généralement les locaux qui participent aux épreuves de la PWA ne font pas de très bons résultats, donc je crée un peu la surprise chez les filles. L’année prochaine j’irais en Corée du Sud et au Japon pour participer aux deux premières étapes du circuit mondial. On verra bien si ma performance était un coup de chance ou non.»

« Faire vivre les courses à ceux sur la plage »

Vous ne les avez pas forcément vus, mais très certainement entendus sur la plage ou sur vos écrans. Yan Bouverne, Laurent Gaüzère et Sean Hogan se chargeaient de commenter les courses toute la semaine. « J’ai l’impression de revivre les compétitions que je faisais à l’époque. Je suis un peu plus sur l’eau avec eux », sourit Laurent Gaüzère, vice-champion du monde de slalom en 1993 et 1996. Au-delà de la nostalgie, le windsurfeur calédonien aime surtout partager sa passion aux spectateurs de l’Anse-Vata. Toute la semaine, il était aux côtés de Yan Bouverne, yeux rivés sur les rideurs, pour décoder les courses qui se déroulaient un peu plus au large. « Les gens passent par là, nous, notre challenge, c’est de les faire rester. Parce qu’ils voient seulement au loin des tâches de couleur qui se suivent, c’est à nous de rendre cela intéressant », résume Yan Bouverne, qui a été entraîneur de l’équipe de France de planche olympique de 2008 à 2012, puis de slalom de 2010 à 2012. « En plus, on a la chance d’être au milieu des coureurs, il faut imaginer un commentateur de football sur le banc de l’entraîneur », raconte Yan Bouverne. Une difficulté ? Reconnaître les compétiteurs depuis la plage. Même avec des jumelles, ce n’est pas chose facile. « C’est le plus compliqué. La juste identification des coureurs sur le plan d’eau. La cerise sur le gâteau c’est de bien prononcer les noms de ceux qui sont un peu plus… exotiques (rire) », explique Yan Bouverne. De son côté, Sean Hogan commente également l’épreuve nouméenne, mais en anglais pour le live internet. Depuis son conteneur aménagé, à la clim, il analyse les performances des rideurs… depuis son écran d’ordinateur. « C’est vrai que c’est un peu frustrant de ne pas être sur la plage. On est limité par ce que l’on voit sur l’écran. Mais en même temps c’est un plaisir de suivre les courses avec le drone en haute résolution. C’est un angle de vue unique », assure Sean Hogan. Ce dernier apprécie également la présence de son co-commentateur : « Je suis avec Ben Proffitt ! C’est la légende des commentateurs de windsurf. C’est intéressant de voir un pro au travail. » Si c’est trois derniers ont également commenté les éditions de 2014 et 2015, aucun doute qu’ils recommenceront pour la prochaine.

Basile Jacquin, prince du slalom

Parmi les jeunes véliplanchistes du monde entier, Basile Jacquin est définitivement le meilleur. Déjà champion du monde jeune en titre en 2016, il a ensuite remporté la couronne mondiale et européenne cette année chez les moins de 21 ans. Cette semaine, à l’occasion de la Airwaves Nouméa dream cup, il a de nouveau montré que le slalom mondial devra bel et bien compter sur lui ces prochaines années. Grâce à une belle 16e place lors de cette étape (dont une 4e place lors de la 4e manche), sa meilleure performance sur le circuit PWA, il s’est adjugé la première place du tour mondial chez les moins de 24 ans. « Je suis très content de ma première année sur le tour. J’ai vraiment gagné en expérience à travers les courses. Quand tu es jeune ce n’est pas forcément évident. Financièrement c’est difficile et tu as du mal à t’affirmer sur l’eau. Mais là j’ai le sentiment d’être un peu plus respecté, partage le Calédonien de 19 ans. Maintenant lorsque j’arrive en demi-finale, je ne me dis plus que c’est une chance, mais que je peux batailler pour être en finale. » Basile Jacquin se lancera de nouveau l’an prochain sur le circuit mondial PWA. L’objectif ? «Au moins un top 20, voire, si c’est possible, un top 16. »

Classement final

Classement général des hommes (après six manches)
1. Antoine Albeau (FRA) : 13,4 points
2. Matteo Iachino (ITA) : 14,4 points
3. Pierre Mortefon (FRA) : 15 points
4. Marco Lang (AUT) : 28 points
5. Sebastien Kördel (GER) : 29 points
6. Arnon Dagan (ISR) : 36,9 points
7. Cyril Moussilmani (FRA) : 40 points
8. Ross Williams (GBR) : 41 points
9. Pascal Toselli (FRA) : 48,5 points
10. Cédric Bordes (FRA) : 31 points
16. Basile Jacquin (NCL) : 71 points
24. Nicolas Goyard (NCL) : 10,5 points
28. Damien Cervera (NCL) : 128,5 points

Classement général des femmes (après huit manches) 
1. Delphine Cousin (FRA) : 5,5 points
2. Sarah-Quita Offringa (ARU) : 9,1 points
3. Marion Mortefon (FRA) : 23 points
4. Lena Erdil (TUR) : 25 points
5. Lilou Granier (NCL) : 25 points
6. Yuki Sunaga (JPN) : 29 points 7. Maëlle Guilbaud (FRA) : 32 points 11. Océane Lescadieu (NCL) : 51 points 12. Maëlle Fantin (NCL) : 67 points

Get involved!

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant